Pass'Comtois
OFFREZ(-VOUS) LE PASS'COMTOIS !
LA carte de réduction valable 1 an en Franche-Comté !
Voir tous les Avantages - Voir tous les Partenaires
> Pour devenir Partenaire : 03.81.60.13.96
Musées

Château Pertusier / Musée de l'Horlogerie du Haut-Doubs

Château Pertusier / Musée de l'Horlogerie du Haut-Doubs

Musée de l'horlogerie

Situé à Morteau, dans le Haut-Doubs, le Musée de l'Horlogerie présente une collection exceptionnelle d'horloges, de montres et de machines très rares, dans un château de la Renaissance...

>>>>> Horloges et pendules :

Le Musée de l'Horlogerie de Morteau abrite des mouvements de clocher fonctionnant parfaitement. Nous possédons également des exemples de cadrans solaires (sur les façades du bâtiment).

Une salle du Musée est consacrée aux différents modèles d’horloges dont la pièce maîtresse est l’horloge astronomique (photo ci-dessus) datant de 1855 aux multiples fonctions. Cette pièce unique, réalisées par Séraphin Cart, aura nécessité 20 ans de recherches, de passion et de labeur. Une autre pièce unique est une horloge à planétaire réalisée dans le Jura en 1887 et comportant la représentation de la terre, du soleil et de la lune, le tout agrémenté d’automates. Très rare est cette horloge en bois datant de 1680 ! De nombreux autres modèles (pendules mystérieuses, comtoises primitives…) sont exposés et vous entraînent dans une ambiance inimitable !
Historique de l'horlogerie

Dès l’Antiquité les hommes ont cherché à évaluer l’écoulement du temps. Le premier instrument horaire est certainement un bâton planté dans le sol qui, par l’ombre portée, permit de connaître le moment de la journée. Au cours des différentes époques les gnomons (2400 avant J.-C.), cadrans solaires (inventés par les Chaldéens), clepsydres ou horloges à eau (1500 avant J.-C.) et sabliers (présents jusqu’au XVIIIème siècle) furent inventés pour arriver à déterminer une mesure du temps de plus en plus fiable.

La naissance de l’horlogerie mécanique se situe sans doute au XIIème siècle dans certaines cathédrales. L’énergie était fournie par des poids qui, attirés par la gravité, actionnaient mouvement et sonnerie. Cette horlogerie monumentale se généralisera à partir du XIVème siècle.

>>>>> Les montres :

Le Musée de l'Horlogerie vous propose la découverte d’une collection riche et diversifiée. Des modèles des XVIIème et XVIIIème siècles sont exposés accompagnés de montres à complications (sonnerie, quantième perpétuel), de montres à coq à fusée ou de montres dites chinoises dont la moindre parcelle de mouvement est magnifiquement ciselée. Un modèle unique très pédagogique réside dans la reproduction à l’échelle 10 d’un mouvement mécanique automatique fonctionnant datant de 1955. De magnifiques boîtiers niellés, champlevés, damasquinés, guillochés, gravés à l’eau forte ou émaillés vous démontrent le savoir-faire de nos ancêtres. Beaucoup de montres de gousset sont exposées dont une montre à graduation sur 24 heures ou encore la montre d’un médecin avec au recto l’heure et au verso la trotteuse des secondes pour prendre le pouls.

De nombreuses montres savonnettes sont présentes dont un modèle ultra plat de 1928. Un magnifique chronomètre de marine fait partie de notre collection. La transition vers les époques modernes est assurée avec les premières montres-bracelets et avec des modèles de montres électriques aboutissant à la montre à quartz actuelle. Toute l’histoire de l’horlogerie portative est donc retracée.

Le problème majeur des horloges et pendules à poids est causé par leur encombrement. En effet, il fallait toujours laissé de la place sous les mouvements pour permettre la descente des poids. Un génial inconnu pensa que les poids pouvaient être remplacés par un autre source d’énergie de manière à rendre la pendule réellement portative. Le ressort moteur était cette nouvelle énergie. Il s’agissait d’une fine lamelle de cuivre enroulée sur elle-même qui, en se déroulant, entraînait le boîtier qui la contenait (le barillet). Il faudra des décennies de recherche et d’ingéniosité pour arriver à maîtriser cette idée.

Les pendules de table sont considérées comme les plus anciennes pendules à ressort. Une miniaturisation extrême fut progressivement possible pour arriver aux montres. Les premiers exemplaires de forme globulaire sont baptisés oignon. La précision fera des progrès significatifs grâce au régulateur à pendule (idée de Galilée) que Huygens applique sur une horloge au XVIIème siècle.

>>>>> Machines et outillage :

Notre Musée de l'Horlogerie abrite une magnifique collection d’outils et machines permettant de pendre conscience de l’ampleur du travail conduisant à la réalisation d’une montre ou horloge. Des petits outils (aussi précis qu’esthétiques) comme les machines à pivoter, à arrondir, à tailler les roues de rencontre ou les roues de cylindre vous plongent dans un univers à part. Des machines plus massives comme les presses ou les décolleteuses sont également présentes. N’oublions pas la décoration avec une très rare guillocheuse ou une « ligne-droite » permettant d’orner les boîtiers des montres de gousset de magnifiques motifs. Des pièces uniques sont présentes comme cette machine taillant les colonnes et les « U » des roues de cylindre élaborée à partir d’une boîte de biscuits et d’une cuillère ! Des layettes et des établis sont exposés.

Un Musée très complet qui aborde aussi bien l’horlogerie que le travail de l’horloger. La reconstitution d’un atelier familial d’horlogerie avec automates vous fait voyager dans le temps, au cœur des fermes du siècle précédent, à l’époque du travail sur la fenêtre
Historique de l'horlogerie

Quiconque a déjà regardé l’intérieur d’une montre ou d’une horloge a remarqué qu’il s’agissait de systèmes d’engrenages. Il est évident que pour réaliser ces rouages ainsi que toutes les parties plates des montres (ébauches, ponts, platines) un outillage spécifique est indispensable. Sans outils, sans machines et surtout sans l’intelligence humaine les créant aucun instrument horaire n’aurait vu le jour. Avant de réaliser la pièce il faut réaliser l’outils et la machine qui sont les créations de véritables sorciers de la mécanique.

L’horlogerie apparaît dans la région de Morteau durant le XVIIIème siècle ; il s’agissait de paysans-horlogers qui travaillaient l’horlogerie durant le rude hiver qui caractérise notre belle région. Il n’y avait pas d’outilleurs ce qui obligeaient nos paysans à créer eux-mêmes leurs machines et outils. Ils réalisaient une maquette en bois du futur outil avant de la réaliser réellement. Si une modification était nécessaire on l’effectuait d’abord sur la maquette. La région gagna ainsi une réputation internationale pour l’outillage de précision.

>>>>> Ouverture :

Le musée vous accueille du 1er mai au 30 septembre tous les jours de 10h00 à 12h00 et 14h00 à 18h00 et du 1er octobre au 30 avril du lundi au vendredi de 14h00 à 18h00 (fermé le 1er et 11 novembre, 24 et 25 décembre et le 1er janvier)
Des visites guidées sont proposées pour les groupes toute l'année sur rendez-vous.

17, rue de la Glapiney
25500 MORTEAU
Tél : 03 81 67 40 88

> Nombre d'habitants dans la commune : 6375

> Recevoir les dernières Actualités par e-mail

 

 


------------------------
Partagez cette info :